DCD, DSO, orthodontiste, attaché service stomatologie et chirurgie maxillo-faciale CHRU Nantes France.

Intérêt de la prise en compte du rachis cervical en orthopédie dento-maxillo-faciale.

Parmi tous les spécialistes médicaux et paramédicaux l’orthodontiste est celui qui a le plus souvent sous les yeux les radiographies du rachis cervical de ses patients grâce aux téléradiographies qu’il prescrit ou réalise dans le cadre de son bilan diagnostic. Curieusement cette région reste inexplorée, ignorée… Cela est d’autant plus incompréhensible que de nombreux auteurs se sont intéressés aux relations existantes entre le développement des structures cervicales et crânio-faciales.
Ces corrélations ont fait l’objet de nombreux travaux: en anthropologie, en phylogenèse, en ontogenèse, en anatomie comparée, en pathologie…. La morphologie de la partie postérieure du crâne porte l’empreinte de ses rapports avec la colonne vertébrale. De nombreux auteurs ont insisté sur l’existence de relations entre la posture céphalique, la croissance faciale et les dysmorphoses dento-maxillo-faciales. De nombreuses pathologies crânio-faciales présentent des associations avec des pathologies cervicales.
« Il y a au niveau de la jonction cervico-occipitale des facteurs anatomiques qui influencent le développement vertical des maxillaires et donc les relations entre les arcades dentaires supérieure et inférieure. Certaines dispositions peuvent favoriser des pathologies particulières (open- bite et deep-bite squelettiques par exemple) et doivent être considérées comme des « facteurs de risque » qui s’ajoutent aux facteurs crâniens de prédisposition » (JM Salagnac)
Les orthodontistes ont un rôle certain dans le dépistage des anomalies du rachis cervical, ils doivent inclure l’étude du rachis dans leur bilan diagnostic .