Docteur en Chirurgie Dentaire, Docteur d’Université
Parodontie – Chirurgie Buccale et Implantaire exclusivement
Ancien Président de la Société Française de Parodontologie et d’Implantologie Orale (SFPIO)
Ancien Assistant Universitaire – Service de Parodontologie – Faculté de Chirurgie dentaire – Paris 5
Ancien Chef de Clinique APHP – Hôpital Charles Foix
Chargé de cours – Faculté de Chirurgie dentaire – Paris 5 et Paris 7
Membre International de l’Académie Américaine de Parodontologie (AAP)
Expert judiciaire Près la Cour d’Appel de Paris
Membre-associé de l’Académie Nationale de Chirurgie Dentaire (ANCD)

Optimiser les conditions parodontales autour de la canine incluse maxillaire: proposition d’un arbre de  décision chirurgicale

Dans le cadre d’un exercice privé, entre Janvier 2010 and Décembre 2018, 911 dents incluses ont été exposées pour des raisons orthodontiques. La majorité était les canines maxillaires (73,65%), suivis par les canines mandibulaires (5,27%), puis les incisives centrales maxillaires (5,16%), et enfin, les 2èmes prémolaires mandibulaires (4,72%). Les 671 canines maxillaires étaient présentes chez 549 patients d’un âge moyen, au moment de l’intervention, de 15 ans et 3 mois (de 7 ans et 10 mois à 45 ans et un mois). La distribution par sexe était de 60.7% (F) pour 39.3% (H). 32.8% des canines maxillaires étaient vestibulaires and 67.2% étaient palatines. Seulement 8 canines ne s’étaient pas déplacées, avec un taux de succès de mise sur l’arcade de 98,7%. Une interview, réalisée auprès des correspondants orthodontistes, permettait de préciser qu’en présence d’une canine incluse, la durée d’un traitement orthodontique était rallongé, en moyenne de 6 mois, mais dans certaines cas, de 12 mois voire plus. Le propos de cette chirurgie est d’aider l’orthodontiste à positionner la dent incluse dans l’arcade dentaire avec tous les composants du parodonte et la meilleure intégration esthétique. L’objectif de cette communication est d’illustrer la chirurgie parodontale d’exposition de la canine maxillaire incluse et de proposer un arbre de décision chirurgical.