Ioan Barbur
A obtenu son diplôme et a travaillé comme technicienne dentaire de 2000 jusqu’à 2007, au département orthodontie de l’Université de médecine et pharmacie Iuliu Hatieganu, Cluj-Napoca, Roumanie.
En 2006, a reçu sa licence en médecine dentaire, qu’il fit sur l’orthodontiste après spécialisée 3 ans en orthodontie et en orthopédie dentaire et facial.
Depuis 2008, il est professeur agrege a l’Universite de Cluj Napoca , departement de chirurgie maxillo- faciale , collaborant en cas interdisciplinaires , fente, traitements de chirurgie labiale et palatine et orthognatique.
Depuis 2009, il est propriétaire de sa clinique privée et centre de formation à Cluj-Napoca (Roumanie), ainsi que son épouse, qui est aussi orthodontiste, Dr Adina Barbur., une clinique spécialisée entièrement sur l’orthodontie.
Il a un grand intérêt en pathologie TMD, comme il a étudié plusieurs philosophies dans ce domaine tels que cours FACE, Viena école interdisciplinaire Dentitry Slavicek Foundation et Mariano Rocabado TMD Masterclass.
Il est membre de felow AAO, AREO, EOS et WFO.
Il est connu pour avoir développé un nouveau protocole numérique Smile Design Ortho, ainsi que le Dr Florin Cofar et Christian Coachman, qui simplifie la communication entre les équipes orthodontiques et esthétiques, conduisant à la prévisible et facile à contrôler les traitements interdisciplinaires. Le protocole a été publié ainsi que l’Académie américaine de dentisterie esthétique et est actuellement utilisé par les deux cliniques, dans tous les cas interdisciplinaires nécessitant un traitement d’orthodontie.

Le traitement orthodontique en une ou deux étapes, est-ce l’interception pourra normaliser la croissance et les fonctions ?
Les objectifs : Les objectifs d’un traitement orthodontique au cours de l’interception ou la première étape du traitement sont : assurer une croissance favorable, la rééducation des dysfonctions et l’établissement de la denture permanente.
En parcourant plusieurs cas, ces questions se posent :
A quel moment nous pourrons démarrer le traitement, et quelle est sa durée ?
Est-ce qu’en suivant les mêmes protocoles pour tous les cas, aurons-nous les mêmes résultats ?
Méthode : Un échantillon des patients âgés entre 4 et 12 ans traité dans notre clinique, présentant les mêmes dysmorphoses dans le sens sagittal, transversal ou vertical, qui ont suivi la même démarche thérapeutique pendant l’étape de l’interception selon une stratégie commune.
Résultats : En réalisant le même traitement interceptif dans l’échantillon des patients qui présentent la même dysmorphose, le traitement ne produit pas le même résultat.
Conclusions : Le résultat du traitement dépend de plusieurs facteurs : l’expérience du praticien, la coopération du patient, mais le dernier mot appartient à la nature et la génétique.
Comme orthodontistes ne peuvent pas lutter contre la nature et la génétique, le choix idéal sera d’aider et diriger et stimuler la croissance, en agissant au bon moment pendant une durée limités.